LE THEATRE D'AZUR

 
 
Une autre version d’Antigone
 
Le Théâtre d’Azur a décidé d’adapter Antigone en s’inspirant à la fois de la pièce de Sophocle et de celle, plus contemporaine, de Jean Anouilh.
 
  En choisissant un classique du théâtre grec pour sa nouvelle création, la compagnie a également souhaité  faire « un clin d’œil sur la condition de la femme ». Car à notre époque aussi dans certains pays les femmes subissent encore les mariages imposés.
Et Antigone, jeune fille de 17 ans, refuse que sa vie soit tracée par l’autre.
 
  Fille d’Œdipe et de Jocaste, Antigone, faut-il le rappeler, est promise à son cousin Hémon, fils du roi Créon. Après le suicide de Jocaste et l’exil d’Œdipe, les deux frères d’Antigone, Etéocle et Polynice s’entre-tuent pour avoir le royaume de Thèbes. Créon décide que seul Etéocle aura une sépulture et laisse le corps de Polynice pourrir aux portes du royaume menaçant de punir de mort quiconque osera le recouvrir. Antigone brave l’interdit et Créon sera contraint d’appliquer la sentence…
 
  S’inspirant à la fois de la pièce de Sophocle et de celle d’Anouilh, cette adaptation,  souligne la difficulté de mélanger le théâtre antique et contemporain. Cherchant à se rapprocher du théâtre antique dans le jeu tout en adaptant l’écriture à notre époque et en supprimant les chœurs, il souligne l’intemporalité du propos notamment dans les costumes disparates, empruntés à différentes époques.

  Quand au décor il a été planté dans une cage. Une cellule « qui pourrait représenter nos prison morales, familiales, professionnelles, financières, affectives… »  en rappelant qu’Antigone «  se rebelle contre le pouvoir établi, elle a la volonté d’être elle-même et non dans le protocole. Elle refuse au point d’accepter la mort, seule alternative pour échapper à cette condition ».

…La suite est à découvrir au Théâtre d’Azur.

Les samedis 06 et 13 septembre à 20 h




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement